OTEN  l’Observatoire de la Transformation des Entreprises et du Numérique

Illustrations d’innovations digitales qui ont bouleversé certains secteurs d’activité

5 juillet 2021 | Secteur privé, Secteur public, Transformation numérique

Certains secteurs d’activité comme l’agroalimentaire, le bâtiment ou encore la relation client ont été littéralement bouleversés avec la transformation numérique et la mise en place de certaines innovations. Le point sur les innovations digitales qui sont parvenues à métamorphoser certains secteurs d’activité et à accélérer la transition digitale…

Le BIM dans le secteur de la construction

Le BIM, en tant que plateforme et non simplement en tant que logiciel de modélisation, a révolutionné les pratiques dans le secteur de la construction. À tel point d’ailleurs que cette technologie est aujourd’hui considérée comme un facteur de réussite majeur pour les entreprises de la construction. Le BIM offre en effet de nombreuses possibilités. Il permet de :

  • Organiser le projet de A à Z ;
  • Simuler le comportement des matériaux au fil des ans ;
  • Informer les intervenants en temps réels ;
  • Centraliser les données relatives à un projet ;
  • Mieux maîtriser les coûts et les délais ;
  • etc.

Si le Building Information Modeling représente une véritable révolution dans le secteur de la construction, c’est parce qu’il permet d’envisager chaque projet de la manière la plus globale possible.

Le PIM dans le secteur industriel

Sur le modèle du BIM, le PIM, ou Plant Information Model, est lui aussi une maquette numérique qui permet de centraliser et de coordonner les différents corps de métiers intervenant à la fois en phase de construction, mais aussi en phase d’exploitation d’une usine. Parce qu’il remplace les traditionnels plans en 2D, le PIM permet d’obtenir toutes les informations relatives aux caractéristiques physiques, techniques et fonctionnelles d’un site industriel. Chaque acteur a ainsi accès à la même vision de l’ouvrage, depuis sa conception jusqu’à son exploitation. Le concept remporte aujourd’hui un tel succès qu’il se généralise dans tous les secteurs industriels, aussi bien automobile que manufacturier et aéronautique.

L’arrivée de l’IA dans les métiers de la relation client

Dans un autre registre, les dernières innovations digitales ont également totalement chamboulé l’organisation des métiers de la relation client. Ces derniers s’appuient désormais sur des technologies avancées, et notamment sur l’intelligence artificielle, pour désengorger leurs services et améliorer la satisfaction clients. De nombreux outils ont d’ailleurs été mis en place, notamment les chatbots ou les outils de ticketing, qui facilitent l’accès à l’information pour les clients et tendent à les fidéliser plus facilement, en leur fournissant des réponses à des demandes ou problèmes dans l’immédiat. Et en matière d’innovations, l’intelligence artificielle a fait d’immenses progrès ces dernières années, à tel point qu’elle permet désormais d’analyser en profondeur le comportement des clients afin d’en tirer des conséquences plus précises. Ces prochaines années, l’intelligence artificielle devrait continuer à se développer, tout en privilégiant toujours une approche humaine.

La blockchain dans l’agroalimentaire

C’est la grande tendance du moment : la blockchain pourrait être sur le point de révolutionner le secteur de l’agroalimentaire. Cette technologie de stockage et de transmission d’informations sans organe de contrôle, d’abord révélée au grand public à travers les cryptomonnaies, pourrait totalement révolutionner la traçabilité des produits. La blockchain offre en effet la possibilité d’améliorer la supply chain et d’offrir ainsi davantage de sécurité pour chaque produit, permettant dès lors de renforcer la confiance des consommateurs. En réduisant le nombre d’intermédiaires, la blockchain pourrait simplifier les procédés de traçabilité et limiter drastiquement les risques d’erreur. D’ailleurs, la grande distribution s’y met peu à peu afin de garantir la traçabilité de certains produits critiques. Il y a donc fort à parier que, ces prochaines années, la blockchain finisse par remplacer définitivement les audits et les recours à des intermédiaires, des procédés longs, coûteux et régulièrement synonymes d’erreurs.